La protection de l’environnement est l’affaire de tous. Des institutions et des associations se mobilisent pour tenter de sensibiliser la population à un peu plus de civisme écocitoyen. 

Samedi 27 janvier, l’Église protestante de Maraa a organisé en partenariat avec la mairie, la deuxième édition des Clean Up Days, à Paea. Une cinquantaine de ses membres a participé au ramassage de détritus entre les PK 24 et 26 de la commune. Cette action visait à sensibiliser la population à plus de respect de l’environnement

- Opération clean up day à Paea (Polynésie 1ere)

À Tahiti, comme partout aujourd'hui dans le monde, des pailles en plastique sont chaque jour distribuées en énormes quantités sur les lieux de restauration ou dans les débits de boissons. Afin de lutter contre cette pollution insidieuse, le Défi zéro déchet, soutenu par la Direction de l’environnement, l’ADEME, l’AFD et le collectif Nana sac plastique se sont associés à ''Bas les Pailles'' pour sensibiliser la population  et lui demander de refuser les pailles les vendredi 2 et samedi 3 février à l’occasion de la première journée internationale sans paille.
- Les 2 et 3 février dites non aux pailles en plastique (Polynésie 1ere)

Des alternatives au plastique existent, on trouve sur Internet des pailles en inox, en bambou ou en carton :

- Une journée sans pailles en plastique au fenua (Radio 1)
- Bas les pailles les 2 et 3 février (TNTV)

Voir aussi les pages Facebook : Zéro Déchet Tahiti et Nana Sac Plastique

À noter que si, en 2017, le collectif Nana sac plastique a organisé plusieurs grandes opérations de nettoyage à Tahiti et Moorea, il entend cette année se recentrer sur des actions de sensibilisation de la population. À l’exemple de sa visite à la Maison de l’enfance de Faa’a, située à Puurai, début janvier. Son objectif : sensibiliser les parents sur les méfaits du plastique dans l’environnement,  proposer des alternatives et rappeler quelques écogestes.
- Faa’a – Nana sac plastique à la Maison de l’enfance (La Dépêche de Tahiti)

L’association Ia vai ma noa Bora Bora œuvre pour une bonne qualité de vie à Bora Bora. Ses actions pro-environnementales ont mobilisé l’année dernière des partenaires tels que la commune, le collège, le comité du tourisme, l’association Bora Bora Animara, le Service du développement rural (SDR) et la direction de l’environnement (Diren).

- Objectif développement durable pour Ia vai ma noa Bora (La Dépêche de Tahiti)

Ava-infos > News

  • Des fêtes de fin d’année « écolo » ? C’est possible ! +

    Les fêtes de fin d’année représentent un moment fort, entre tradition et consommation effrénée. Halloween, Black Friday, maintenant Noël et Découvrir
  • Dérèglement climatique : La COP24 part mal. Il est urgent de réagir +

    La vingt-quatrième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) se Découvrir
  • Dérèglement climatique : l’économie concernée +

    Le changement climatique a des conséquences sur l’économie mondiale. Il bouscule déjà les équilibres sociaux, sanitaires et géopolitiques dans de nombreuses régions du Découvrir
  • Protéger l’océan : réglementer, surveiller, réprimer mais aussi sensibiliser +

    Qu’il s’agisse de la ressource halieutique en haute mer ou de la « nurserie » que représentent les récifs coralliens, les humains Découvrir
  • Opposition éco-citoyenne : marina, poissons en cage, porcherie industrielle +

    Certains sujets environnementaux mobilisent la population. Ils font un temps l’objet de l’attention des médias puis disparaissent du fil de Découvrir
  • Des clés pour une agriculture et une alimentation « durables » +

    Beaucoup d’habitants de Tahiti sont déconnectés de la réalité agricole. La nourriture n’arrive pourtant pas toute seule dans leurs assiettes. Découvrir
  • 1