AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

Que ce soit en mer ou à terre, la protection de la biodiversité est fondamentale pour l’équilibre des écosystèmes et, à terme, les conditions de vie de l’Humanité. Outre les cétacés, requins, raies et holothuries les escargots endémiques méritent une attention particulière pour les conditions de leur survie.

+ L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) s’était déjà inquiétée en mars au sujet de plusieurs espèces de requins et de raies. D’où la nécessité de réguler leur commerce international. Dix-huit espèces de raies et de requins et trois de concombres de mer pourraient faire leur entrée à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES)

La protection des espèces marines monte en puissance (TNTV)

Les 183 pays participant à la CITES, qui s’est tenue du 17 au 28 août à Genève, en Suisse, se préparent ainsi à adopter des décisions et résolutions qui renforceront le régime mondial du commerce des espèces sauvages. La CITES régule les ventes internationales de plus de 35 000 espèces de faune et de flore sauvages. Ces décisions doivent encore être confirmées en séance plénière.

La Polynésie française s’est quant à elle dotée d’une réglementation destinée à protéger les espèces animales et végétales qui sont en danger, vulnérables, rares ou qui présentent un intérêt particulier.

La Cites veut mieux protéger requins, raies et holothuries (La Dépêche)

+ Les bêches de mer (holoturies, ou rori), notamment, sont victimes de leur surexploitation dans la plupart des pays du Pacifique. Un constat d'autant plus regrettable que les holothuries auraient des vertus médicinales.

Les rori désormais classés espèce protégée (Polynésie 1ere)

+ Les baleines sont actuellement dans les eaux polynésiennes. Une occasion pour les curieux de découvrir ces géantes des mers… en respectant toujours bien sûr les règles d'observation et de sécurité.

La saison des baleines bat son plein (Polynésie 1ere)

L’association de protection des mammifères marins Mata Tohora alerte la population : un baleineau a été observé, apparemment seul, dans la rade de Vaiare à Moorea. La vigie du port et les ferry ont été informés de la présence du cétacé.

Les personnes ayant plus d’infos sont invitées à contacter l’association au 87 70 22 77.

Moorea : un baleineau repéré à Vaiare (TNTV)

On rappellera ici les actions de sensibilisation de cette association qui vient d’inaugurer une sculpture qui sera support d’ateliers au Musée de Tahiti et des Îles.

Sensibiliser à la protection des cétacés: une sculpture de dauphin au musée de Tahiti (AvA-Infos)

À terre

Un séminaire, auquel sont invités des représentants de plusieurs pays du Pacifique, est organisé à Tahiti pour la quatrième année. Intitulé Areho, il y est question de la préservation, de la protection ou de la réintroduction d’un genre d’escargots terrestres tropicaux, les Partula, autrefois endémiques pour la Polynésie. Sur la cinquantaine de variétés de Partula connues dans le monde, il n’en reste aujourd’hui plus que quinze.

L’escargot Partula au cœur du séminaire Areho (TNTV)

Séminaire Areho - Les escargots Partula de Polynésie au coeur de l’échange (La Dépêche)

Connaissez-vous le 'Áreho ? (Polynésie 1ere)

La sauvegarde des Partulas au cœur du séminaire 'Áreho (Tahiti Infos)

 

JUSTICE: Importation de plantes prohibées. La cour d’appel de Papeete a examiné jeudi 22 août l’affaire d’importation frauduleuse de plantes interdites impliquant un ancien agent du Service du développement rural (SDR), son épouse, un horticulteur et une présidente d’association horticole. Pour avoir “mis en péril l’équilibre écologique” du pays, tous avaient écopé, en avril, de six mois de prison avec sursis. Le procureur demande la confirmation des peines. La cour d’appel rendra son délibéré le jeudi 3 octobre. Importation de plantes prohibées : Le procureur demande la confirmation des peines (La Dépêche)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...