AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

L’absence d’étude sur l’impact environnemental de l’élevage dans le lagon est déjà une question en soi. Malgré la pose de la première pierre, il y a déjà plusieurs mois, le projet ne semble toujours pas avancer. On peut aussi s’interroger sur les motivations de la Chine derrière ce projet. Un point sur le sujet.

 

« Il est difficile d'imaginer que c'est à Hao, autrefois lieu de résidence des militaires durant les essais nucléaires, que va se construire la plus grande ferme d'élevage de poissons au monde » commentait une chaîne locale de TV en août 2017.

- Ferme aquacole de Hao : le projet dans la dernière ligne droite (Polynésie 1ere)

Il est vrai que « la ferme aquacole, financée par des investisseurs chinois à hauteur de 100 milliards de francs, suscite quelques critiques ». Elle devrait en effet s'étendre « sur près de 32 hectares, au milieu des 150 000 tonnes de terres polluées, remblayées ou enfouies ».

Là n’est pas la seule inquiétude. En juin 2018, AvA-Infos avait évoqué les problèmes environnementaux que ce genre d’élevage industriel était susceptible d’entraîner pour le lagon de Hao mais aussi sur d’autres atolls si le procédé y est étendu.

- L'environnement et la ferme aquacole de Hao : La vigilance reste de mise… (AvA-Infos)

Si une étude d’impact a été réalisé en vue d’obtenir le permis de construire, à terre, de ce vaste complexe d’aquaculture, il n’y en a pas encore eu concernant les conséquences des bassins d'élevage sur un écosystème lagonaire. La population reste partagée entre l’espoir — la création d’emplois — et la forte crainte de la pollution marine et des déséquilibres pour la faune aquatique et le corail.

Lire aussi : Ferme aquacole de Hao : de nombreuses questions (AvA-Infos, mai 2015)

En décembre 2018, où en est le projet ? « Le projet n’avance pas malgré la pose de la première pierre il y a déjà plusieurs mois », commente la chaîne de TV. « Et la suite risque de faire débat : les marchandises vont-elles arriver directement aux Tuamotu ou passeront-elles par Tahiti ?»

- Hao : les marchandises de construction de la ferme aquacole se font attendre (Polynésie 1ere)

En juillet 2018, un communiqué du Conseil des ministres précisait : « Le Pays, par le biais de la circonscription des îles Tuamotu et Gambier, a signé le 4 mai dernier une convention avec Tahiti Nui développement et Aménagement (TNAD) relative à une prestation d’études préalables qui consiste en la réalisation d’études d’opportunité et de faisabilité, y compris la proposition de diagrammes et de schémas d’aménagement lui permettant d’appréhender l’étendue du projet d’aménagement envisagé. Ces études préalables devraient durer 9 mois ».

D’aucuns s’interrogent néanmoins sur les véritables motivations des Chinois dans la région, ceux-ci y ayant une perspective de développement de leur nouvelle Route de la Soie. Les îles du Pacifique contrôlent les routes commerciales qui traversent notre océan entre l'Asie et le continent américain, et toutes les puissances économiques d'ambition globale se doivent d'y avoir une présence forte. La piste d’aviation et les infrastructures portuaires de Hao représentent un intérêt certain...

- Pourquoi la Polynésie est vitale pour les missiles et les sous-marins chinois (Tahiti Infos)

Souci connexe : le financement de ce gigantesque projet aquacole qui se monte sur un territoire français est intégralement financé par des capitaux chinois. « Le territoire en accueillant des investissements chinois peut aussi être amené à s’endetter auprès de la Chine », explique Antoine Brunet, économiste et président de la société d’analyse de la conjoncture et des marchés AB Marchés. « Et lorsqu’il devient débiteur à un niveau trop élevé, la Chine n’accepte de renégocier la dette qu’en échange d’acquisitions de terres, notamment agricoles. Le territoire reste donc évidemment souverain, mais Pékin devient incontournable grâce à son potentiel foncier. C’est exactement le schéma qui s’est mis en place en Éthiopie, en Namibie ou même au Kirghizistan où se négocie, sur un territoire minier, le transfert pur et simple de la souveraineté territoriale ».

- La Chine investit dans le Pacifique : une bonne nouvelle pour les territoires ultramarins français ? (Asie Pacifique News)

En attendant que le projet de ferme aquacole voie le jour, le maire de Hao ne rejette aucune opportunité pour son île. En effet, l’armateur Eugène Degage – qui semble renoncer à son projet de pêche à la palangre aux Marquises - voudrait le lancer dans la zone et faire de l’atoll une base avancée pour le traitement des poissons pêchés.

- Pêche au thon : Hao, le plan B d’Eugène Degage (Polynésie 1ere)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...