Taurea

Logo Fedescol

Notre rôle : vous accompagner dans vos projets éco-responsables.
Logo Éco-École LABEL INTERNATIONAL D'ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

 

Accueil   Actualités   Éco-École: l'essentiel   Les Établissements   Qui peut m'aider ?   Outils & Idées   F.A.Q.

 
du 24/09/2012
n°133
Spécial Marketing durable

 
2012, année des transitions

Je suis très heureuse de m'adresser à vous pour la première fois, à l'occasion de cette info 21 de rentrée consacrée au marketing durable. Il me permet de vous remercier pour votre intérêt démontré par un lectorat croissant. Le Comité 21 s'efforce jour après jour d'être un catalyseur du développement durable et contribue par cette lettre à faire connaître les initiatives variées, exemplaires qui témoignent de la volonté de nos adhérents d'agir en responsables.

Je suis très honorée de rejoindre ce grand réseau qui veut conjuguer prospérité avec progrès social et respect de l'environnement. Le Conseil d'administration et l'équipe du Comité 21 ont à coeur de contribuer à faire évoluer les modèles. Ce défi sera gagné lorsque le développement durable ne sera plus considéré comme élitiste ou contraignant mais bien intégré totalement tant au niveau global qu'au niveau local.   
2012 est une année particulièrement riche sur les scènes nationale et internationale. Sur fond de crise économique et financière dont on n'aperçoit pas l'issue, la période a été marquée par les élections présidentielles puis législatives et concernant le développement durable, par la Conférence environnementale au niveau national et la Conférence des Nations Unies Rio+20 au plan international. Ces deux dernières conférences ont abouti pour la première à une feuille de route pour une transition écologique et pour la deuxième à une Déclaration finale au titre onirique « Le futur que nous voulons ». Plus que des aboutissements ces événements inaugurent de nouvelles étapes, de nouveaux chantiers pour les mois à venir.   Plus près de nous, ceux qui agissent sur les territoires et dans les entreprises ou dans les organisations sont toujours plus nombreux à rechercher de la cohérence entre les actes et les annonces : comment communiquer sans en dire trop ou trop peu et sans tromper ceux à qui sont destinées les informations ?   
Lors de l'Université d'été de la communication pour le développement durable qui eut lieu à Bordeaux en août dernier, les différents acteurs de la communication ont pointé la nécessité de faire encore évoluer les modèles existants. Pour y parvenir, la mise en oeuvre de la coproduction est de plus en plus recherchée, car construire ensemble évite les malentendus, favorise la transparence. La réussite de l'exercice est loin d'être évidente et suppose une confiance réciproque, la connaissance de chacune des parties représentées et l'intérêt pour un partage réel. Le coproduction bouscule, interroge. Pourtant, de cette situation instable peuvent émerger des solutions durables et des idées solides. Dans un climat de méfiance, elle peut être un moyen de rétablir le lien.   Fort de ses 5 ans d'existence, l'Observatoire du marketing et de la communication responsable s'est livré à une analyse des études menées depuis un an sur le développement durable, la consommation et la communication responsables. Il met en évidence l'exigence des consommateurs vis-à-vis d'une plus grande transparence et sincérité des propos permettant d'en finir avec les dérapages de verdissement dans la communication. Et en cette période difficile et anxiogène, le citoyen-consommateur a besoin qu'on lui prouve que le développement durable n'est pas forcément triste ou contraignant, grâce à une communication efficace et honnête le rendant désirable.   
Ainsi le marketing durable n'est-il pas une utopie. Il est le trait d'union entre une production et une consommation plus responsables qui prennent en compte les impacts sociaux et environnementaux. Il témoigne que donner envie est compatible avec messages sincères et informations utiles. Les consommateurs le disent clairement : ils n'ont plus confiance dans les promesses de toute sorte qui fleurissent sur les emballages. Il est donc indispensable de poursuivre l'évolution de ce processus à l'instar des initiatives exemplaires dont cette Info 21 se fait l'écho.   
Je vous souhaite une bonne lecture en espérant qu'elle sera source d'inspiration et d'optimisme dans ces temps que nous devons collectivement ré-enchanter.   
Catherine Decaux, directrice générale - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">Actualités des adhérents

ENGAGER UNE DEMARCHE D’ECO-CONCEPTION
 

Air France réduit son empreinte environnementale avec des casques audio réutilisables
Pour réduire son empreinte environnementale et contribuer au développement local, en particulier autour de la plateforme (HUB) Roissy-CDG, Air France propose dorénavant sur ces vols long-courriers, en cabine économique, des casques audio réutilisables et recyclables qui offrent une meilleure qualité d'écoute. Après avoir été nettoyés et testés, les casques sont reconditionnés par une entreprise du secteur adapté proche de Roissy-CDG. Les casques hors d'usage sont recyclés via une filière spécialisée. Ce nouveau produit a permis à la fois la réduction de 400 tonnes de déchets par an et la création d'une cinquantaine d'emplois. Ce projet et le résultat d'un travail d'équipe, et a bénéficié de l'appui de l'Association des Paralysées de France ainsi que de l'université de Picardie. C'est en proposant des produits et services responsables qu'Air France-KLM concrétise son engagement en faveur du développement durable. Pour la 8ème année consécutive qu'Air France -KLM est classé leader du secteur aérien dans les indices du DJSI (Dow Jones Sustainability Index). Dorothea Dupond Ziob -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’écoconception, de l’intention à la réalité chez Caractère
L'imprimerie Caractère à Aurillac, notamment fournisseur del'ADEME, de l'UICNmais aussi des Musées Nationaux, développe un savoir faire associant à la fois une qualité reconnue et une démarche de développement durable intensive. Parce que ce double enjeu est au coeur des préoccupations de toutes les administrations mais aussi de plus en plus d'entreprises du secteur privé, un investissement de plus d'un million d'euros a été réalisé pour se doter d'équipements de reproduction en trame 20 microns certifiés ISO 12647-2, (tout en renouvelant la triple certification 9001, 14001 et 18001), mais aussi pour installer un bar à encre permettant de diminuer la consommation d'encre de 10%. Un deuxième site de production situé en région parisienne permet également de réduire l'empreinte carbone en étant au plus près des clients. En amont, un pôle conseil travaille sur les recommandations de type de papier, de format, d'optimisation de produits et propose des créations éco-conçues afin d'optimiser les budgets dans le cadre de la qualité attendue tout en étant capable de mesurer les gains environnementaux par des indicateurs précis, véritables outils d'aide à la décision. Ce sont autant d'arguments pour valoriser la démarche auprès de l'ensemble des interlocuteurs. Marie Laporte -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La CASDEN dématérialise ses relevés de points
CASDEN propose depuis 2010 à ses sociétaires d'opter pour le relevé de points dématérialisé : ceux-ci reçoivent ainsi leur relevé par mail et non plus par courrier papier. Ce document mensuel est également archivé sur leur « espace personnel » en ligne. Depuis juillet 2011, ce dispositif a été systématisé : désormais tous les nouveaux sociétaires CASDEN reçoivent par défaut leurs relevés de points en ligne. Quasiment 100 % d'entre eux acceptent, s'associant ainsi à la démarche engagée par la CASDEN. A fin août 2012, plus de 80 000 sociétaires CASDEN sont abonnés au relevé en ligne. Stéphanie Guillas
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Eco-emballages partage les bonnes pratiques de réduction d’emballages
Eco-Emballagesvient de lancer un catalogue de bonnes pratiques permettant d'identifier les actions d'éco-conception et de réduction d'emballages ménager. L'emballage est perçu comme un déchet, et le consommateur est demandeur d'emballages réduits. Les entreprises se sont mobilisées depuis de nombreuses années dans un certain nombre de secteurs. Ces actions ont été faites précisément de manière à ce que le consommateur continue à identifier son produit, et y trouve une même valeur d'usage. La perception d'un emballage inchangé est accentuée par le fait qu'une réduction de quelques grammes d'emballages, qui peut être très significative, est difficile à identifier au regard du poids global du produit. Dans cette optique, Eco-Emballages a mis en place une méthodologie de quantification de la réduction d'emballage, couplée à un catalogue de bonnes pratiques. Son objectif est double : d'une part en mettant en valeur les actions remarquables, les entreprises qui identifieraient un risque à modifier leurs emballages pourront constater que le mouvement est déjà largement enclenché. D'autre part, les consommateurs et associations pourront plus facilement identifier les emballages qui ont été réduits. Accéder au site - Jan Le Moux -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un film pour décrire les laines minérales G3 d’ISOVER
Dans un objectif de bonne information de ses consommateurs, et dans un souci de transparence,Saint-Gobain ISOVER a réalisé un film descriptif du processus de production de ses laines minérales, en s'arrêtant sur chaque étape de leur cycle de vie. Ce film permet de présenter les efforts mis en ½uvre pour améliorer le bilan environnemental de ses produits. On apprend notamment que les laines minérales G3 d'ISOVER sont constituées de matières premières naturelles abondantes ou issues des filières de recyclage, et fabriquées dans des usines situés en France, au plus proches des consommateurs. Leur process de production est de plus en plus économe en énergie et en eau. Compactées au maximum pour optimiser leur  transport, elles sont recyclables à 100%. Les laines minérales permettent de diminuer jusqu'à 80% la consommation d'énergie d'un bâtiment. Ainsi, au cours de leur durée de vie (minimum 50 ans), les laines minérales font économiser jusqu'à 200 fois l'énergie nécessaire à leur production. Lien vers le film :http://www.isover.fr/Cycle-de-vie-des-laines-minerales-G3Marie Combarieu - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le programme Total Ecosolutions, des solutions ecoperformantes
Total a lancé, en 2009, le programme Total Ecosolutions qui consiste à développer des produits et services innovants permettant à ses clients de réduire leur empreinte environnementale. L'approche de ce programme repose sur la mobilisation de toutes les compétences du Groupe (R&D, Marketing, Stratégie, Développement durable), dans une dynamique d'innovation et de progrès continus. Pour bénéficier du label Total Ecosolutions, développé par Total, les produits et services pressentis doivent, pour un service rendu équivalent, présenter une performance environnementale significativement supérieure aux standards du marché : moindre consommation d'énergie, d'eau... A ce jour, 34 produits ou services (plastiques, résines, colles, lubrifiants, carburants, solutions de chauffage, compteur « intelligent ») ont été labellisés. Ces solutions ont permis, entre autre, d'éviter l'émission de 800 000 t Co2eq/an (sur la base des ventes 2011). Le processus de labellisation Total Ecosolutions a été développé dans le respect des principes des normes internationales ISO 14020 et 14021, qui encadrent les déclarations environnementales. Le programme bénéficie d'une gouvernance interne complétée par la vérification de la conformité du processus de labellisation par un cabinet d'audit externe indépendant. Pour en savoir plus - Zoé Pillebout-Potron - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMER ET FORMER SES CIBLES
 

Pour une meilleure compréhension des mécanismes bancaire
Créée en 1957 par les Caisses d'Epargne, l'association Finances & Pédagogie développe auprès de tout public des actions d'éducation financière, pour une meilleure compréhension des mécanismes budgétaires, bancaires et économiques. Maîtrise du budget, arbitrages de consommation, économies d'énergie dans le logement, modalités d'épargne, en intégrant ces questions dans ses programmes, l'association sensibilise les consommateurs sur les enjeux actuels et futurs : financement des retraites, contraintes environnementales, prévention du surendettement... A la demande des associations, des entreprises d'insertion, des travailleurs sociaux, une offre spécifique est dédiée aux publics fragiles (bénéficiaires du RSA, majeurs sous régime de protection juridique..), qui repose sur des exemples pratiques et une mise en évidence du gain sur le plan budgétaire. Des supports ludiques sont utilisés (quizz, jeu de l'oie, jeux de cartes) avec des questions directes concernant notamment le quotidien (alimentation, énergie, transport...). Vis-à-vis des jeunes, des actions de sensibilisation sont menées en établissements scolaires ou en participant à des forums « jeunes consommateurs ». Finances & Pédagogie a obtenu l'agrément du ministère de l'Education nationale en tant qu'association éducative complémentaire de l'enseignement public. www.finances-pedagogie.fr Marie-Véronique Bryon - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des Enjeux et des Hommes accompagne les équipes en marketing responsable
Des Enjeux et Des Hommes, spécialiste de la conduite du changement, accompagne depuis une dizaine d'années les équipes marketing dans la prise en compte des enjeux de RSE dans leur métier (réunions de sensibilisation, formations-action, ou encore ateliers de travail inter-fonctions : achats/comm/forces de vente/marketing). Si ces initiatives ont souvent été le fait d'entreprises pionnières (Moët & Chandon, Pepsi Co, Clarins, Henkel, LU, Hub Telecom, Evian...), plusieurs missions récentes du cabinet sont intéressantes à souligner car menées à l'échelle d'associations ou de regroupements d'entreprises, démontrant la montée en puissance du sujet et son intégration aux pratiques : un module d'une journée sur le marketing et la communication responsable réalisé pour Eco Emballages à destination de ses adhérents (améliorer la communication sur le tri et le recyclage des emballages), et un parcours de sensibilisation de quatre demi-journées sur ces thématiques, à destination des entreprises adhérentes de la Fondation Nicolas Hulot. Par ailleurs, le cabinet a publié une étude pour Eurostaf-Les Echos sur « le marketing responsable : mettre en oeuvre et piloter une stratégie opérationnelle » qui présente une analyse des enjeux (réglementation, affichage environnemental, empreinte eau, biodiversité, nouvelles attentes des consommateurs et clients B to B) et des pistes pour intégrer de nouveaux repères (éco-conception, ACV, communication responsable) aussi bien au niveau du marketing stratégique (prospective, plateforme de marque) que des étapes du mix. Agnès Rambaud -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. etdesenjeuxetdeshommes-leblog.com/ Pour commander l'étude

Le Cours des parents par Orange France
Les nouvelles technologies sont de formidables outils de connaissance et d'épanouissement pour tous mais certains contenus sont inadaptés aux plus jeunes. Orange France a lancé « Le Cours des parents » en mars 2012 afin d'informer ses clients sur les usages internet et mobile des jeunes et leur permettre de se former au contrôle parental d'Orange sur l'ordinateur, mobile et la TV. Des formations gratuites sont proposées dans une quinzaine de villes pour aider les adultes à accompagner sereinement leurs enfants sur internet. Lors des éditions de mars et juin 2012, les participants ont pu être sensibilisés aux usages des jeunes sur internet et ont appris à paramétrer eux-mêmes, grâce à une session pratique, les solutions de contrôle parental sur ordinateur mises à leur disposition par Orange. Du 9 octobre au 25 octobre 2012, la 3ème édition portera sur les réseaux sociaux. Par exemple, les parents pourront découvrir comment aider leurs enfants à être vigilants et à protéger leurs données personnelles sur Facebook. Pour en savoir plus. Emmanuella PaltzCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Euromed Management forme des manageurs responsables
Par son approche pédagogique et par les valeurs qu'elle défend, Euromed Mangement est aujourd'hui reconnue pour son engagement à former des « Managers Responsable », y compris dans ses aspects de promotion et de marketing. Depuis 2006, Euromed Management organise chaque année un jeu de simulation « grandeur nature » des Nations unies. L'Ecole invite des élèves de classes préparatoires et euromédiens (chefs de délégation), pour faire partie d'une délégation mixte qui abordera un sujet tel que l'éducation, l'accès à l'eau, les flux migratoires, l'extrême pauvreté... L'ensemble de la simulation est animée par des étudiants membres de la Commission SimONU. La dernière « grande » simulation a compté près 300 participants avec le soutien d'UNICEF, UNIDO, UNRIC, la région PACA, le Rotary Club, Carrefour, Clairefontaine, Air France, Quo vadis, la Croix Rouge française, et la Société Générale. Par ailleurs, l'école a impulsé, en 2007, le Réseau du management responsable, think tank collaboratif. Il a pour mission de connecter les enjeux des sociétés avec ceux de la société et vient de publier un ouvrage collectif annuel « Guide des compétences du manager nouvelle génération ». Destiné aux décideurs, directeurs des ressources humaines ou du développement durable des entreprises, ce guide propose des outils d'analyse et des pistes de réflexion pour détecter, recruter, former et accompagner les managers. Tashina Giraud - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Une formation marketing durable pour l'Institut du WWF France
L'Institut duWWF Francerenforce aujourd'hui son action en proposant des formations professionnelles courtes en inter et en intra autour des enjeux du développement durable. Une formation « Atelier d'éco-conception : de l'amélioration à l'éco-innovation » a été mise en place et dont la prochaine session se déroulera à Paris les 17 et 18 octobre 2012. Destinée aux responsables développement durable et aux responsables marketing, cette formation de deux jours est co-animée par Ganaël Bascoul, fondateur d'un laboratoire de recherche spécialisé en marketing et développement durable, et Steve Duhamel, spécialiste de l'éco-conception au sein du département des relations entreprises du WWF France. Il s'agit de développer une offre alternative et différenciante dédiée à des clients de plus en plus conscients des enjeux liés au développement durable et désireux de réduire leur empreinte écologique. Pour en savoir plus Silvia Marcon -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PROPOSER DES OFFRES DURABLES
 

GDF SUEZ engagé dans une démarche de marketing durable
Les entreprises industrielles clientes de GDF SUEZ sont confrontées aux mêmes impératifs d'excellence environnementale, sociale et économique que leurs fournisseurs doivent prendre en compte et tenter d'intégrer dans leurs offres. De nombreuses filiales du Groupe proposent aujourd'hui des solutions innovantes en matière de réduction de l'empreinte environnementale, de diminution des émissions de gaz à effet de serre, de protection de la santé des collaborateurs, de sécurité industrielle. Afin de promouvoir la réflexion interne sur les offres durables proposées aux clients industriels et aux collectivités locales, le Groupe favorise la synergie entre métiers afin de répondre de manière globale avec l'ensemble des savoir-faire du Groupe et le plus précisément aux attentes développement durable des clients. Cette action, initiée en France et en Belgique, est étendue aux autres marchés européens du Groupe ainsi qu'à l'Amérique du Nord, et sera bientôt proposée à l'ensemble des métiers du Groupe sur les marchés B to B. Les offres durables aux clients résidentiels et tertiaires sont également développées et proposées par les filiales du Groupe : l'efficacité énergétique et la préservation des ressources sont des éléments fondamentaux des propositions commerciales des fournisseurs d'énergie, de services énergétiques, d'eau et de traitement des déchets de GDF SUEZ. Pour en savoir plus - Margarita Pirovska -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Recyclage des papiers de bureau par La Poste
Depuis janvier dernier,La Poste propose un service de collecte des papiers de bureau. Le bilan, très positif, indique que plus de 2 300 tonnes ont été récupérées. Ce service concerne les TPE/PME ainsi que des collectivités territoriales. Les objectifs principaux de cette action sont de renforcer la contribution sociétale de La Poste à l'économie verte et solidaire, renforcer sa politique volontariste autour du papier responsable et démontrer qu'il existe un modèle économique rentable, pérenne et créateur d'emplois. Concrètement, le facteur collecte les papiers, dans les entreprises qui ont souscrit à l'offre Recy'go papiers, puis les transfère à des centres de tris. Pour faciliter la collecte, La Poste met à la disposition de ses clients des Eco'belles®, containers en carton dédiés au tri des papiers. Ils sont ensuite triés puis revendus à des papetiers recycleurs situés en France, proches des points de collecte, à un prix encadré. Cette prestation est facturée à hauteur de 580 euros par an pour une PME de 30 salariés. 530 entreprises y ont déjà souscrit.La Poste étudie la possibilité d'étendre cette capacité à collecter des gisements diffus de « ressources secondaires » à d'autres matériaux, au service d'une économie plus responsable sur le plan environnemental, social et territoriale. Pour en savoir plus - Alexandra Hamonic - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

CONSTRUIRE DES FILIERES RESPONSABLES
 

Monoprix cultive sa différence via les partenariats agricoles
Répondant à une demande croissante de produits locaux,Monoprix met en place avec ses producteurs des partenariats innovants : « les partenariats agricoles ». Cette démarche vise à développer l'offre de produits frais selon trois axes essentiels : le respect de l'environnement, la recherche de la qualité gustative des produits et la maîtrise de la sécurité alimentaire. C'est un contrat d'engagement entre Monoprix et les producteurs qui doivent répondre à un cahier des charges très précis et obtiennent, après intégration de ces trois axes à leur mode production, une certification reconnue. De son côté, Monoprix s'engage à travailler avec les producteurs sur le long terme, par le biais de commandes régulières, d'une valorisation des produits par la qualité et d'opérations promotionnelles en pleine saison. Une formule gagnant-gagnant que Monoprix duplique avec déjà 24 références de fruits et légumes issus de ces partenariats : agrumes, pêches, nectarines, tomates, pommes et pommes de terre dont la fameuse bonnotte de Noirmoutier ! Hélène Pasquet - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CARE s’engage pour favoriser l’entreprenariat local au Bangladesh
Depuis 2008, CAREmène, au Bangladesh entre autre, trois approches de sourcing plus responsable avec des entreprises de la mode, du secteur textile et de la grande distribution. Ces approches ont pour objectif d'autonomiser les populations locales dans les pays du sud et de leur rendre leur dignité, et d'inclure les communautés tout en structurant des filières d'achats responsables. Ces projets permettent de répondre aux soucis des entreprises en termes de droits humains, de qualité de leur production, de délais tout en prenant en compte les besoins et la réalité des populations locales : améliorer les conditions de travail ; favoriser l'entreprenariat social local ; créer des filières par et avec les populations isolées et défavorisées. Par exemple, à Rangpur, région défavorisée au nord du Bangladesh, les objectifs étaient de prévenir l'exode rural vers les bidonvilles de Dacca au Bangladesh et soutenir les communautés locales par la création d'emplois ; de structurer une filière d'achats responsables et équitables, et de fournir des produits de grande consommation dans les pays du nord. Les résultats sont encourageants : près de 500 femmes ont été formées ; 18 petites unités de production ouvertes pour fabriquer tapis et paniers dans le Rangpur, et environ sept containers qui partent chaque mois du Bangladesh pour approvisionner le distributeur. Pour en savoir plus - Thuy-Anne Stricher -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DEVELOPPER UNE DEMARCHE DE MARKETING TERRITORIAL
 

Nouvelle campagne « La région Aquitaine invente l'avenir »
La région Aquitainelance le 25 septembre 2012 une campagne de communication d'envergure sur l'innovation et l'emploi afin de valoriser la capacité d'innovation et de création d'emploi de l'Aquitaine et de ses secteurs d'excellence : recherche, aéronautique, optique et laser, bois-papier, croissance verte et TIC santé. Basée sur l'humour et le décalage, cette campagne veut interpeller et innover par des illustrations humoristiques qui apportent contraste et profondeur au message plus corporate. La campagne se décline  classiquement par voie d'affichage ; communication display ; insertions dans la presse économique, recherche et business... et, pour la première fois, sur le réseau professionnel Viadéo, création d'une page Région Aquitaine afin de créer une communauté d'acteurs professionnels et institutionnels de l'innovation économique régionale. Cette campagne s'inscrit dans le cadre d'une stratégie globale de communication dont les trois axes sont l'innovation et l'emploi, la jeunesse, et la cohésion sociale. L'objectif de communication consiste à valoriser le potentiel des filières innovantes aquitaines, facteurs de développement économique et d'emploi, afin d'attirer les entreprises et montrer la politique volontariste de la Région Aquitaine dans ces secteurs. Rachid Belhadj - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Le Conseil général du Finistère se positionne auprès de ses habitants
Dans un contexte de compétition entre les territoires, le Conseil général du Finistère a initié la marque Finistère en septembre 2011, en se basant sur les résultats d'un diagnostic d'image partagé avec les acteurs du territoire. Elle rassemble depuis plus de 500 ambassadeurs, acteurs économiques, touristiques, socioculturels, institutionnels ou associatifs. Illustrée par la signature « Tout commence en Finistère », la marque Finistère est une oeuvre collective qui a pour but de renforcer et de promouvoir l'image du département, en affirmant le Penn ar Bed comme la terre de tous les possibles. Devenir ambassadeur de la marque Finistère engage, à travers la signature d'une charte, à partager, promouvoir et mettre en oeuvre les valeurs d'ouverture et d'échanges, les moteurs de solidarité et d'exemplarité tout en exprimant créativité et esprit d'innovation. L'adhésion à la marque est simple et ouverte à tous les Finistériens, via une inscription sur le site Internet de la marquewww.toutcommenceenfinistere.fr et donne l'accès à un kit de communication (logo, clips, visuels, argumentaires...) accompagné d'un code d'utilisation de la marque. Emmanuelle Genoud - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Bisontine, l’eau 100% durable
La ville de Besançon gère l'ensemble du cycle de l'eau en régie et est certifiée Iso 9001, 14001 et OHSAS 18001. Avec « la Bisontine » marque déposée en 2006, Besançon est la première ville de France ayant permis de faire reconnaître l'eau municipale comme un produit sain, agréable à boire, bon marché et nature. Le concept de marque pour l'eau potable distribuée par son réseau permet de mettre en lumière sa qualité, son prix et son intérêt pour la préservation de l'environnement. En avril 2008, Besançon prolonge son initiative avec un nouveau produit, gazéifié, commercialisé en bouteille consignée sous le nom de « la Bisontine pétillante », qui bénéficie de circuits de transport courts. Cette démarche de valorisation de l'eau du robinet est poursuivie par la suppression complète de l'eau en bouteille dans les crèches. A Besançon, le prix de l'eau est l'un des moins élevé des grandes villes françaises, soit 311,13 euros les 120 m3 en 2012 (base nationale de comparaison établie sur la consommation moyenne d'un foyer de 4 personnes). Pour accompagner cette démarche, de nombreux contenants éco responsables ont été déclinés : carafes, gourdes, « eau de poche », fontaines à eau sur réseau, voire une déclinaison de la marque sur d'autres supports tels que les véhicules municipaux, des équipements. Sur le territoire, la consommation d'eau du robinet a progressé de manière spectaculaire ces dernières années : 92 % des habitants ont déclaré avoir bu de l'eau du robinet en 2011 contre seulement 67 % en 2004. Rokay Toubale - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ENGAGER UNE COMMUNICATION RESPONSABLE ET SOLIDAIRE
 

Lancement de la « feuille d’eau » pour la Fondation Danielle Mitterrand
Depuis 2010, l'Agence Verteaccompagne la Fondation de France pour lancer une campagne de sensibilisation grand public autour de l'eau, bien commun de l'humanité, et ainsi promouvoir la consommation d'eau du robinet.  Il s'agit également de constituer une communauté de « Porteurs dʼeau » connus et inconnus. Leur signe de reconnaissance, la « feuille dʼeau » c'est-à-dire une gourde plate dessinée par Philippe Starck. L'objectif de cette campagne est de recueillir des fonds pour financer les projets de la fondation dʼaccès à lʼeau potable dans le monde et ses actions de lobbying pour le droit dʼaccès à lʼeau pour tous. De nombreuses personnalités (Philippe Starck, Dominique Isserman, Agnès b, Bertrand Delanoë, Yann Arthus Bertrand...), partenaires (Decaux, Mairie de Paris, RATP) et medias (Libération, lʼhumanité, Psychologies, La Vie, Télé Star, France Inter, France Info, France Culture, France Bleu..) ont joué le jeu en proposant gracieusement leurs soutiens, services, espaces... Le lancement dʼune Fontaine des Porteurs dʼeau destinée aux cours dʼécoles, centres de loisir pour sensibiliser les enfants à lʼeau doit voir prochainement le jour. Véronique Sauret  - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'ADEME publie son guide antigreenwashing
A l'occasion de l'Université d'été de la communication pour le développement durable organisée par ACIDD et le Comité 21, les 23 et 24 août 2012, l'ADEME a présenté son guide antigreenwashing pour « réconcilier les messages de communication et l'écologie » en ligne sur le sitehttp://antigreenwashing.ademe.fr/. Cet outil s'adresse aux professionnels de la communication et du marketing (agences, annonceurs). Il présente les grands principes du greenwashing, les principales étapes à suivre pour ne pas en faire et de nombreux liens pour en savoir plus ; des tests en ligne pour auto-évaluer sa démarche de communication et ses messages utilisant l'argument écologique et l'argument « développement durable ». Il s'agit d'un outil de sensibilisation, d'aide à la décision et à la création dans le respect des règles d'une communication plus responsable.Télécharger le guide. Valérie Martin -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">Le Comité 21 partenaire

Challenge étudiant GREENTICCAMPUS : une 4ème édition sous le signe de l’innovation
Innovez pour un campus plus vert ! C'est le défi que lancent aux étudiants, pour la 4ème année consécutive, Fondaterra et SFR, rejoints cette année par Cofely. Les candidats devront défendre leurs idées et imaginer des solutions concrètes pour le développement durable au sein de leur campus, en s'appuyant sur les technologies de l'information et de la communication (TIC). Ce challenge, ouvert à tous les étudiants de l'enseignement supérieur en France métropolitaine (universités, écoles de commerce, écoles d'ingénieurs, IUT...), tend à répondre aux problématiques liées au développement durable des établissements d'enseignement supérieur dans le cadre duPlan vert que soutient également le Comité 21. L'équipe lauréate du Grand Prix recevra une dotation de 10 000 euros pour mettre en oeuvre son projet. Les trois autres équipes gagnantes remporteront des voyages d'étude d'une valeur de 2 000 euros. Les étudiants ont jusqu'au 31 décembre 2012 pour inscrire leurs projets sur le site www.greentic-campus.com  

Les Respirations d’Enghien-les-Bains s’ouvrent aux projets d’éducation au développement durable
Organisées par la ville d'Enghien-les-Bains, les Respirations 2012 auront lieu le 26 octobre.Comme chaque année, le congrès « Les Respirations » sera l'occasion d'aborder ensemble les problématiques de la qualité de l'air et ses conséquences sur l'écosystème, le climat, la santé de l'homme et l'économie. En plus de son cycle de conférences et de tables rondes, Les Respirations récompenseront encore les prises d'initiatives pour l'amélioration de la qualité de l'air avec la remise des « Oxygen Awards ». Cette année, le Congrès propose cinq programmes simultanés : air et santé,  végétaliser la ville pour respirer mieux, mobilité et qualité de l'air, ZAPA, quelle priorités ?, moins de déchets mieux employés pour respirer mieuxEnfin, nouveauté de cette 8ème édition, les « Mini Respirations » permettront à la jeunesse de s'exprimer et de présenter, au travers de conférences, leurs projets éco-innovants et la démarche de préservation de l'environnement mise en place dans leur établissement scolaire. A l'issue de ces rencontres, une récompense sera décernée aux meilleurs projets afin d'encourager cet effort. Pour en savoir plus

2ème colloque national Plans climat énergie territoriaux
L'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) organise le 2ème colloque national « Plans climat énergie territoriaux », les 9 et 10 octobre prochains à Nantes. La manifestation, qui s'adresse aux élus, aux techniciens des collectivités et territoires mais aussi à tous les acteurs des Plans Climat,  a pour objectif de répondre aux interrogations concernant les décisions relatives aux PCET. Alors que les plans d'action se concrétisent et que l'échéance réglementaire du 31 décembre 2012 approche, les collectivités pourront profiter des plénières et des ateliers pour prendre connaissances des avancées méthodologiques. L'adaptation du PCET au changement climatique, les moyens d'évaluation des actions d'un PCET, le financement et la mobilisation des acteurs économiques ou du grand public seront autant de thèmes abordés par l'ADEME lors de ce colloque, afin d'assurer l'avenir des PCET. Le Comité 21 est partenaire et anime un atelier "Accélérer la rénovation thermique globale des logements sur le territoire" le 9 octobre.  www.colloque-pcet.ademe.fr
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">A lire

Un guide pratique sur la mobilité « Transports et écologie »
Alors que la semaine européenne de la mobilité arrive à grands pas (du 16 au 22 septembre 2012), Inddigo propose un guide pratique sur la mobilité « Transports et Ecologie ». Destinés aux élus et agents territoriaux, cet ouvrage permet de mieux comprendre la mobilité et donc d'agir en conséquence. Il offre le témoignage de nombreux spécialistes qui contribuent à rendre la mobilité plus écologique. En insistant sur le fait que les solutions traditionnelles ne suffisent plus, ce guide pratique éclaire sur la baisse de la mobilité et sur le développement de la marche et du vélo en plus des transports en commun. Enfin, il propose concrètement des idées pour faire face aux différents problèmes liés au transport automobile. Editions du Passager clandestin et le Cédis, septembre 2012 - 144 pages - 10 euros - Communiqué de presse -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ecolonomies, Entreprendre et Produire autrement
Selon Emmanuel Druon, auteur de l'ouvrage Ecolonomies, il est plus économique de produire de manière écologique. En accord avec cette idée, il dirige son entreprise selon les principes « éconolonomiques ». C'est-à-dire être rentable, en respectant les critères du développement durable. A travers ce livre, Emmanuel Druon illustre les choix stratégiques envisageables par les entreprises afin de gérer leur entreprise « autrement ». Il donne des solutions opérationnelles et des idées innovantes afin d'optimiser : l'emploi des matières premières et le contrôle de leur provenance, le traitement des eaux usées, l'analyse du cycle de vie des produits, le développement de partenariats de proximité... D'une part, ce guide est destiné aux dirigeants d'entreprises, qui engagent leur responsabilité personnelle et qui considèrent la rentabilité durable comme un moyen de sortir du capitalisme financier actuel. D'autre part il concerne également les consommateurs qui sont de plus en plus attentifs au mode de production des produits qu'ils achètent. Editions Pearson, septembre 2012 - 192 pages - 21 euros.Pour en savoir plus Peggy Renoult
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">internet

LeMarchécitoyen pour consommer responsable
Localiser tous les points de vente de la consommation responsable, c'est l'objectif que s'est fixé  LeMarcheCitoyen.net, un annuaire internet pour consommer autrement, près de chez soi. Le site qui s'adresse en priorité aux nouveaux consommateurs citoyens, valorise les acteurs économiques des marchés de la bio, du commerce équitable, des entreprises d'insertion, des entrepreneurs sociaux et innovants. Il permet de trouver sur son PC/Mac ou sur iPhone, près de 6 500 commerces, services, producteurs engagés dans une démarche de développement durable validée par une charte. Les partenaires sont nombreux : le mouvement Colibris affiche sa sélection de producteurs bio, amap et autres circuits courts sur les cartes du site. Des entreprises comme le Crédit coopératif ou Botanic viennent y présenter leurs engagements RSE aux quelques 100 000 visiteurs mensuels. Les réseaux de la consommation responsable en sont également partenaires. Différents sites tels que Paris.fr affichent aussi les cartes du site sous forme de « widgets ». www.les-mc.com/www.lemarchecitoyen.net/  - www.consommerautrement.net/
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">Evénements

« Villes durables », un séminaire de formation en Poitou-Charentes
L'Ifrée (Institut de formation et de recherche en éducation à l'environnement), en partenariat avec l'IUFM Poitou-Charentes/Université de Poitiers, le Rectorat de l'académie de Poitiers, le GRAINE Poitou-Charentes, organise le séminaire « Villes durables, villes et développement durable : quels enjeux, quelles contraintes ? Quelle éducation ? », du 6 au 9 novembre à Potiers. Il s'adresse aux associations, collectivités locales et services de l'Etat, de l'éducation nationale, de l'enseignement agricole, aux entreprises, et abordera le problème de périurbanisation, et l'obsolescence du modèle urbain classique. Les politiques urbaines se doivent désormais d'intégrer le développement durable dans leurs démarches. Dans une perspective globale, les thèmes de la gouvernance, du réchauffement climatique, de l'énergie, des déchets et des transports, des milieux (air, eau, sol), ainsi que la biodiversité seront alors discutés lors de ce séminaire. Produire un habitat et des moyens de transports à des coûts accessibles à tous est aussi un objectif de la ville durable. Ce sera l'occasion d'aller à la rencontre d'acteurs, d'échanger avec des experts en alternance avec des séances de travail en groupe afin de réfléchir ensemble à ce qui façonne les évolutions des villes en matière de développement durable. Pour en savoir plus et inscription
http://www.comite21.org/imgs/newsletter/pastille_t1_left.gif); background-color: rgb(61, 166, 182); padding: 2px 0px 1px 4px; background-position: 0% 0%; background-repeat: no-repeat no-repeat; ">A voir

Mémoire Rio+20 : 1992 à 2012
Options Futurs et MediaPep's a publié le coffret DVD de 20h d'archives et d'images« Mémoires Rio+20 ». Cette collection compile 20 années d'archives vidéo en un coffret de cinq DVD soit vingt heures d'images archives et inédits. Sont concernés les grands textes signés à Rio en 1992 avec la Convention Climat, la Convention biodiversité, et la déclaration de Rio et Action 21 sur les villes. Des images « archives » et des tables rondes illustrent les débats auxquels ont participé les grands acteurs du développement durable durant les deux dernières décennies (vingt ans de négociations, vingt ans d'évolution de l'approche scientifique et technique, vingt ans d'adaptation des mentalités et des cultures, des outils appropriés ou non ? et quels financements et quelle gouvernance ?). Pour finir, trois inédits de 52' sont proposés sur la conférence de Copenhague : rupture et relance (« En route vers Copenhague ») ; la conférence de Nagoya : bilan et sursaut (« Sursaut mondial pour la biodiversité » ) ; et la ville du 21ème siècle (« Le 21ème siècle sera celui de la ville »). Les images sont une sélection issue de vingt ans de productions du Magazine « Gaia » sur France 5 et « Eclats de planète » sur RFO. Ce coffret a été produit en grande partie par Dominique Martin Ferrari et par les partenaires qui se sont associés à sa fabrication. Dominique Martin Ferrari -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
3 questions à ...
Elisabeth Laville, Fondatrice du cabinet Utopies et du site Mescoursespourlaplanete.com
Abus, contradiction, manque de cohérence, ces dernières années le marketing s'est très largement emparé du développement durable au risque de décrédibiliser les démarches réelles. D'après vous comment évolue la relation entre marketing et développement durable?

Le point de départ, selon moi, est qu'il faut que le marketing s'empare du développement durable, faute de quoi celui-ci restera une « niche » pour entreprises engagées et consommateurs militants - ce qui est très inspirant mais ne résout pas les problèmes planétaires auxquels nous sommes confrontés. Ce que je veux dire par là, c'est que le marketing s'occupe, par définition, précisément de ce qu'il faut le plus réinventer : l'offre de produits et services, évidemment, mais aussi le prix (son rôle incitatif, les externalités qu'il prend ou pas en compte, etc.), la promotion et la publicité (que l'on veut plus responsables, plus informatives, incitant moins chacun à acheter par impulsion ce dont il n'a pas besoin et qu'il n'utilisera pas ensuite, qu'il s'agisse de vêtements ou d'aliments), etc. Mais cette montée en puissance du marketing sur le développement durable est à double tranchant : de manière positive, je crois que le marketing engage publiquement l'entreprise, et si ses pratiques ne sont pas à la hauteur de son discours, elle se verra inévitablement sommée de mettre tout cela en cohérence, par des ONG qui veillent ou par les consommateurs voire par les pouvoirs publics - et de changer tôt ou tard ses pratiques ! Certaines entreprises engagées ont très bien compris comment utiliser le levier de la communication pour s'obliger à progresser et osent prendre le risque du égreenwashing » - regardez ce qu'a fait Marks & Spencer avec le Plan A, ce que fait Unilever en ce moment sur le sujet avec son « Sustainable Living Plan » et même, d'une certaine façon, ce que fait Leclerc avec son engagement « zéro prospectus à horizon 2020 » ! L'histoire dira si elles avaient raison. Mais en tout cas, il est sûr que si l'entreprise conserve des pratiques en décalage avec son discours, elle a beaucoup à y perdre, surtout en France où, selon l'étude TNS Global, les citoyens sont d'ores et déjà plus sceptiques face au marketing vert ; comme en Allemagne, près de 90% des consommateurs pensent en effet que les entreprises soutiennent des causes environnementales pour des raisons commerciales, tandis qu'au Japon par exemple, quatre consommateurs sur dix croient à la sincérité de leur engagement. Autrement dit, les consommateurs ne sont pas si dupes qu'on veut bien le penser... 
Comment développer dans l'entreprise des pratiques plus responsables en matière de marketing ? 
Plusieurs voies distinctes me semblent également devoir être explorées : d'abord, il est nécessaire d'intégrer le développement durable systématiquement et le plus en amont possible du marketing, dans les processus d'innovation sur l'offre par exemple - un peu comme pour l'éco-conception. Cela évite de s'apercevoir un peu tard dans le développement d'un produit qu'il faudrait ajouter une « touche » développement durable sur un sujet qu'on n'a pas vu avant ; ce qui amène souvent à ajouter une caractéristique un peu « gadget » ou à passer un vernis « vert » sur un produit qui ne l'est pas vraiment. Cela fait prendre des risques inutiles. Dans ce cadre, pour éviter de jouer aux apprentis sorciers, il peut être utile d'étudier le contenu des labels, certifications ou chartes externes applicables à vos produits ou services, et de s'y référer. Si vous êtes dans l'hôtellerie, par exemple, l'écolabel européen pose les principales pistes d'évolution de l'offre pour être crédible sur le sujet, et ensuite offre un bon support de preuve pour appuyer le discours. Une seconde piste est sans doute de former les équipes marketing (et leurs partenaires : agences de communication notamment) aux « basiques » du sujet : tendances de la consommation responsable, principaux enjeux développement durable sur les produits, principaux labels existants et, ce qu'ils garantissent, réglementations et auto-régulations sur la communication, en considérant que ce qui semble relever du bon sens ne doit jamais être considéré comme acquis et peut faire l'objet d'outils pratiques utilisables au quotidien (par exemple pour autoévaluer une communication avant parution et être sûr de se poser les bonnes questions). Une troisième piste concerne le management des équipes marketing, qui a sans doute aussi son rôle à jouer, par exemple via la formalisation de lignes directrices internes sur le sujet (comme le font Vodafone sur le marketing responsable ou P&G sur l'utilisation des réseaux sociaux) ou encore par une attention particulière au système d'incentives et aux perspectives d'évolution donnés aux marketeurs : si leurs bonus ne dépendent que de l'évolution de ventes à court terme, c'est logiquement qu'ils s'organisent pour atteindre leurs objectifs, et si de surcroît quand ils sont promus, ils changent de marque, comme c'est souvent le cas ; ils ne sont pas forcément motivés à faire progresser une marque dans le temps, à enrichir son capital de confiance, etc. Enfin, une culture de l'attention aux détails et de la cohérence doit être créée et développée : un produit responsable peut être desservi par une promotion maladroite, et à l'inverse une promotion intelligente et responsable peut faire sortir du lot un produit donné. Ainsi, quand Renault il y a quelques années offrait 50 000 km de carburant gratuit pour l'achat d'une voiture, en signant sa publicité « roulez sans compter », le constructeur coréen Kia, à Londres, offrait un vélo et incitait ses clients à ne prendre la voiture que pour les longs trajets en signant « réfléchissez avant de rouler ». De même, Toyota a sorti récemment une publicité au Canada valorisant un possesseur de Yaris qui va à pied au bureau et n'utilise sa voiture «que lorsqu'il en a vraiment besoin», avec le slogan «Pensez plus, dépensez moins». 

L'expérimentation sur l'affichage environnemental initiée en juillet 2011 touche à sa fin. A votre avis, quelles conséquences sur les comportements d'achat des consommateurs ?
 
Je ne sais pas ce qu'il en sortira du point de vue des comportements d'achat, et je pense que l'expérimentation était trop morcelée pour que les consommateurs puissent comparer un nombre significatif de produits en rayon, par exemple, en amont de leur choix. A mon avis, l'affichage aura davantage servi en aval de l'achat, comme information complémentaire une fois que le produit est sur la table de la cuisine ou dans la salle de bain... mais alors la question est de savoir ce que les consommateurs en auront compris, avec forcément une prime sur le sujet à ceux qui ont joué la proximité avec l'étiquetage énergétique qui est connu par près de 90% des gens sur l'électroménager par exemple. Et finalement, l'intérêt principal de la chose, comme pour l'étiquette énergie d'ailleurs, aura sans doute été de faire évoluer les pratiques et les produits des entreprises qui ont joué le jeu de la mesure et de l'affichage - car personne ne veut commercialiser un produit dont la performance est médiocre et arrive en rouge ou en orange !
www.utopies.com
Mescoursespourlaplanete.com
L'actualité du secteur
10 ans d’Université d’été de la communication pour le développement durable : destination Bordeaux
Pendant neuf ans, l'Université d'été de la communication pour le développement durable, organisé par ACIDD (Association communication et information sur le développement durable) et le Comité 21, fort de son expérience unique de la collaboration multiacteurs, a accueilli dans le Luberon plus de 800 participants différents et plus de 350 interventions... 10 ans de réflexion, d'échanges, de partage de bonnes idées et de bonnes pratiques... 10 ans pour placer la communication entre les humains au service du développement durable. Les outils de communication actuels ont évolué en 10 ans. Ils nous permettent de vivre en « synchronicité » à 7 milliards, dans un monde où se mêlent médias traditionnels et interactifs. Pour ses 10 ans, l'Université d'été s'est installée à Bordeaux les 23 et 24 août derniers ; en région Aquitaine où la communication est essentielle pour valoriser le développement durable (cf. l'Université d'été de la communication d'Hourtin ; la création du principal réseau régional de communicants, l'APACOM...). Le thème était « “Développement durable : de la communication à la co-production » qui a permis de s'interroger sur les questions de gouvernance et démocratie, avec une intervention exceptionnelle de Pierre Rosenvallon, suivi par une approche méthodique originale de Bettina Laville. Les 280 participants ont également directement contribué par différents modes de collaboration (forums, ateliers, world café, « market place » de partage d'innovations) aux contenus et aux messages. Les travaux se sont inscrits dans le prolongement du récent Sommet de la terre Rio+20. Pour en savoir plus :www.communicationdeveloppementdurable.comet bientôt un document de synthèseGilles Berhault - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Nouvelle édition 2012 de l’Observatoire de la communication et du marketing responsables
Avec cette édition 2012, l'Observatoire de la communication et du marketing responsables (initié parACIDD avec l'AACC, l'UDA, le Syntec RP et avec le partenariat de l'ADEME) fête ses cinq ans. Pour la deuxième année consécutive, la première partie de l'Observatoire est consacrée à une analyse des études menées depuis un an sur le développement durable, la consommation et la communication responsables. Dans la première partie, une dizaine d'instituts de sondage et des sociétés d'études (Aegis Media Solutions, CREDOC, CSA, IPSOS, IFOP, BVA Services, TNS-Sofrès, Inférences, Occurence, Opinion Way...) ont été interrogés pour répondre à la question : « Développement durable : entre crise et scepticisme, comment communiquer aujourd'hui ? ».Les analyses des instituts de sondages ont été regroupés e quelques grands points, résumés par des mots qui illustrenet le contexte général difficile (scepticisme, crise, défiance) mais aussi les évolutions positives et rapides de la communication et du marketing responsables pour restaurer la confiance (désir, complexité, sincérité, cohérence, transparence, légitimité). La seconde partie de l'Observatoire est consacrée à la présentation des initiatives des associations et fédérations professionnelles de la communication pour élaborer le cadre réglementaire et normatif de la communication et du marketing responsables. Pour en savoir plus
 
La consommation durable gagne du terrain, une étude d’Ethicity
Le cabinet de conseil Ethicity a présenté, le 18 septembre 2012, les résultats de sa dernière enquête sur les pratiques des français en matière de consommation responsable « Autrement, c'est maintenant ! » en collaboration avec Aegis Media. L'étude s'appuie sur une typologie qui distingue huit profils de consommateurs en fonction de leurs comportements à l'égard du développement durable. Elle montre que le nombre de consommateurs dits « engagés » a augmenté de 40% à 47% en un an. Inversement, la part des consommateurs moins impliqués ou réticents au changement a diminué, passant de 35% à 29%. L'émergence de nouvelles préoccupations comme la santé, la biodiversité mais aussi la production locale et l'origine des produits explique en partie la volonté des consommateurs de mieux penser leurs achats et d'adopter des pratiques plus durables au quotidien. Bien que la question environnementale passe aujourd'hui en second plan derrière les inquiétudes sur l'économie et l'emploi, l'enquête montre que les habitudes des consommateurs ont évolué pour mieux tenir compte des impératifs de développement durable. L'étude identifie par ailleurs différents leviers pour favoriser la prise de conscience et inciter les français à consommer autrement. Elle souligne enfin la responsabilité des entreprises et des marques de fournir aux consommateurs les informations et la transparence nécessaires pour orienter leurs choix. Pour en savoir plus
 
Le guide pratique du marketing durable du Comité 21 toujours disponible
Le Comité 21 - en partenariat avecl'ESCP Europe, l'institut de sondageLH2, PwC et avec le soutien de l'ADEMEet du ministère de l'Ecologie - a publié leGuide pratique du marketing durable. Cet outil pratique destiné aux professionnels vise à réconcilier marketing et développement durable. Il aborde ainsi l'ensemble des aspects du métier du marketing : de l'étude des attentes des consommateurs à la stratégie de marque en passant par les 4P du marketing mix (Produit, Prix, Place, Promotion). Structuré en douze questions, il propose des apports théoriques ; des repères essentiels (méthodologie, facteurs de réussite), des témoignages d'acteurs professionnels et experts (Médiapost, IKEA, Les 2 vaches, ADEME, etc...), des illustrations concrètes de bonnes pratiques et des outils pratiques (mémentos, pièges à éviter, check-lists). Il a été nourri par deux années de contribution active et d'échanges entre des experts et les adhérents du Comité 21 dans le cadre des Rendez-vous du marketing durable. Auteur : Karine Viel, responsable du programme RSE du Comité 21 - 350 pages - 29 euro. Pour toute commande : Claire Sehier -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
Conférence environnementale
Le Comité 21 se félicite des avancées mais reste vigilant !
Le Comité français pour le développement durable se félicite des conclusions de la conférence environnementale, des 14 et 15 septembre à Paris. Le Président de la République François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont rappelé l'exigence d'une transition globale de notre Pays, prenant en compte l'interdépendance des crises économiques, sociales, environnementales et sanitaires. La France semble se doter enfin d'un cap pour le développement durable mobilisant l'ensemble des ministères, et donne raison aux propositions du Comité 21 sur la nécessite d'une approche transversale des problématiques.Communiqué de presse du Comité 21 
Pour en savoir plus sur la conférence : 
Discours d'ouverture du Président de la République

Discours de clôture de Jean-Marc Ayrault Feuille de route du gouvernement pour la transition écologique
 
Le Comité 21 s'invite au débat !
Le Comité 21 a présenté, le 10 septembre, devant la presse et ses adhérents, ses propositions dans le cadre de la Conférence environnementale. Le Comité 21 regrette que les enjeux environnementaux ne soient pas appréhendés simultanément avec les enjeux sociaux et économiques actuels. Il insiste sur la nécessité d'adopter une gouvernance écologique et un contrat national d'engagement pour réussir la transition dans une démarche de développement durable. Véritable projet politique, ce contrat doit reposer sur des objectifs ambitieux et mobilisateurs portés par l'ensemble des ministères, décliné à l'échelle locale et co-signé par tous les acteurs (institutionnels, économiques, associatifs, syndicaux, et les représentants des citoyens). Par ailleurs, le Comité 21 s'est associé aux principales associations du développement durable* pour demander au Gouvernement d'élargir le cercle des parties prenantes participantes avec notamment les organisations expertes du développement durable, à la fois transversales, mais également spécialisées ou prospectives. A l'avenir, ces organisations pourraient être réunies au sein d'un 7ème collège d'experts ou au sein d'un comité scientifique constitué aux côtés des collèges existants. *Association Communication et Information pour le Développement Durable (ACIDD) - Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D) - Cercle pour l'Optimodalité en Europe (COE) - Comité 21 - Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise(CJD) - Conférence des Grandes Ecoles (CGE) - Conférence des Présidents d'Universités (CPU) - Institut Français de Formateurs Risques Majeurs et protection de l'Environnement (Iffo-RME) - OREE 
Communiqué de presse
 
Télécharger la contribution du Comité 21
 
Télécharger la lettre des associations adressée au Premier ministre
 
Cinq ans après le Grenelle, le bilan en Pays de la Loire
A l'occasion de la Conférence environnementale, le Comité 21 a dressé un bilan des enjeux en Pays de la Loire, cinq ans après le Grenelle de l'environnementSur les déchets, le Comité 21 constate que le taux de recyclage avoisine les 43%, dépassant largement l'objectif du grenelle (35% en 2012). L'agriculture et les énergies renouvelables sont également sur la bonne voie, même si les efforts doivent être accélérés. Ainsi, la région des Pays de la Loire se situe à la 2ème place des régions les plus dynamiques sur l'agriculture biologique (4,10% de la surface agricole utilisée) et la part des énergies renouvelables dans la consommation en Pays de la Loire devrait atteindre 5,5% en 2013 contre 3,8% en 2007. En revanche, les émissions de gaz à effet de serre restent préoccupantes. La Région émet chaque année 10,09 tonnes de CO2 par habitant, soit 22,3% de plus que la moyenne nationale. La maîtrise des déplacements constitue un des enjeux les plus importants : les ligériens se déplacent en effet plus souvent que ceux des autres régions. Au cours de l'année 2008 chaque habitant a ainsi émis 2,15 tonnes de CO2 pour se déplacer soit 9% de plus que la moyenne nationale (hors Ile-de-France). La biodiversité souffre également, en raison d'une forte urbanisation notamment en Vendée, en Maine et Loire et en Loire Atlantique. A ce jour, 11,3% du territoire est artificialisé (espaces construits, voies de communication) contre 9% au niveau national. Téléchargez le communiqué de presse - Antoine Charlot -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le Comité 21 en action
Bienvenue aux nouveaux adhérents !
Le Conseil d'administration du Comité 21 du 24 septembre 2012 a agréé 8 nouveaux adhérents : 
Entreprises : Emploi Collectivités, GSF (Groupe Service France), agence de communication RC2C, société d'engineering SS3I 
Collectivités territoriales
 : Conseil général de Loire Atlantique, Communauté de communes de la région de Doué-la-Fontaine, Ville de Mundolsheim 
Association
 : Institut Kervegan Claire Sehier -Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Dossier spécial Semaine de la mobilité en Pays de la Loire
Du 16 au 22 septembre, la Semaine européenne de la mobilité a proposé de nombreuses manifestations en Pays de la Loire. Le Comité 21 soutient cette opération. A ce titre, il a réalisé un dossier spécial sur les initiatives en termes de mobilité durable en Pays de la Loire. Avec ses 11 millions de trajets quotidiens, la région des Pays de la Loire est particulièrement concernée. Aujourd'hui, un habitant des Pays de la Loire parcourt en moyenne 18,5 kilomètres par jour contre seulement cinq dans les années 1960. Cette progression, liée principalement au développement de l'automobile, n'est pas sans conséquences : émissions de gaz à effet de serre, embouteillages, stress, développement de maladies respiratoires, artificialisation du territoire, accidentologie... la liste est longue. Pour lutter contre ce fléau, la Commission européenne organise depuis 2002 la Semaine de la mobilité, dont l'objectif est de favoriser les changements de comportement en matière de mobilité. Les collectivités ligériennes s'intéressent de près au sujet en favorisant l'usage du transport collectif. A travers ses 63 lignes de bus, ses 42 km de lignes de tramway, son BusWay et prochainement ses chronobus, l'agglomération de Nantes dispose d'un des réseaux les plus efficaces d'Europe. Les entreprises jouent également le jeu. C'est le cas par exemple de l'association des Entreprises de la Chapelle-sur-Erdre (ECE). Celles-ci ont lancé en juin 2012 un Plan de Déplacement Inter Etablissements (PDIE) qui va impacter prêt de 2 000 salariés. Une initiative remarquable avec comme prochaine étape une enquête sur la mobilité des salariés. Dossier complet - Antoine Charlot - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
16 octobre : Rendez-vous Agenda 21 « Essoufflement des Agenda 21 et des Plans climat, comment prévenir ? comment guérir ? »
Le Comité 21 organise une journée d'échanges le 16 octobre dans les locaux de l'IFFSTAR à Paris et en visioconférence avec le Comité 21 des Pays de la Loire. Collectivités locales, bureaux d'études, associations d'éducation à l'environnement et au développement durable partageront bonnes pratiques et idées innovantes, afin d'élaborer ensemble des recommandations collectives et définir des pistes d'actions individuelles. Par manque de portage politique, de relais citoyen, d'actions concrètes ou de résultats tangibles, de communication, de mobilisation interne et externe... il arrive que les Agenda 21 s'essoufflent. Bien que récents, les Plans climat énergie territoire ne sont pas à l'abri d'une baisse rapide de mobilisation. Quel discours tenir et faire évoluer pour maintenir l'intérêt et l'adhésion à la démarche de développement durable ? Comment renouveler les modes d'animation et de communication pour ne pas lasser les partenaires de la première heure et ramener de nouvelles forces vives ? Quelles sont les actions qui permettent de maintenir ou ranimer la mobilisation des élus, des agents, des citoyens - et surtout des acteurs socio-économiques, acteurs les plus difficiles à impliquer et garder dans la démarche ? Elise Gaultier - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Formation du Comité 21 à ne pas louper les 23 et 24 octobre !
Le Comité 21 organise à Nantes, les 23 et 24 octobre 2012, deux journées d'échanges et de formation dédiées à l'actualité du développement durable en France et à l'international. Cette année, les travaux porteront autour de deux questions centrales : Comment réussir localement là ou les acteurs internationaux échouent ? Comment rendre le développement durable désirable et innovant ? Ainsi, de nombreux experts apporteront leur expérience, dont Carine Dartiguepayrou, Erwan Lecoeur, Philippe Balin, Fabrice Roussel, Marcel Albert ou encore Hélène Combe Martinez de la Fuente, mais aussi de nombreux professionnels et artistes de domaines variés, du design au slam en passant par le yoga. La première journée traitera de l'ancrage du développement durable sur les territoires. Les retours d'expériences de collectivités ligériennes sur la gouvernance ou sur l'évaluation seront complétés par un forum café qui abordera les aspects méthodologiques de la concertation avec les parties prenantes. Une deuxième journée s'attachera au sujet "des territoires en mouvement". Les différentes tables rondes évoqueront ainsi tour à tour le potentiel des smart grids, du design, de la jeunesse et de l'art dans la construction de démarches de développement durable. Lorsque l'insolite renverse les codes... Rentrons dans le concret et faisons du développement durable une source de créativité ! Cette formation s'adresse à tous les acteurs du territoire national, réservez dès à présent votre place pour ce moment de partage et de convivialité ! Programme complet Yoann Chagnaud - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 02 28 20 60 81
 
16 novembre : Formation Mécénat et RSE, deux démarches à articuler
Admical et le Comité 21 organisent une nouvelle session de la formation Mécénat et RSE deux démarches à articuler le 16 novembre 2012. Avec leurs spécificités et logiques propres le mécénat et la RSE tendent vers une direction convergente : une contribution directe à l'intérêt général côté mécénat, une participation à un développement soutenable côté RSE. Comprendre les complémentarités et synergies des deux démarches, tel est le fil conducteur de ce séminaire de formation. Destiné aux praticiens en entreprise/fondation ou association, il vous donnera des points de repère pour décrypter l'articulation mécénat RSE et des apports à la fois théoriques et pratiques pour contribuer à votre réflexion stratégique et opérationnelle. Isabelle Boudard - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour en savoir plus
 
Le Comité 21, signataire de la Charte de la Terre
Le processus d'élaboration de la Charte de la Terre remonte à 1987, lorsque la Commission mondiale de l'ONU sur l'environnement et le développement a appelé à la création d'une nouvelle charte pour guider la transition vers le développement durable. Entre 1995 et 2000, plusieurs réunions ont eu lieu, réunions qui ont aboutie à cette déclaration de principes éthiques fondamentaux visant à construire une société globale juste, durable et pacifique pour le XXIème siècle. Décomposée en plusieurs parties (respect et protection de la communauté de la vie ; intégrité écologique ; justice sociale et économique ; démocratie, non-violence et paix), la Charte gagne en légitimité grâce au nombre croissant de soutiens, dont fait désormais partie le Comité 21. Lire et soutenir la Charte de la Terre
Agenda du Comité 21

2/10 à Paris : participation au jury des Challenges de la Journée du transport public organisée par le GIE Objectif transport public 
2/10
 à Paris : participation à la réunion plénière du Collectif français pour l'éducation à l'environnement et au développement durable - CFEEDD 
3/10
 à Paris : participation à la plénière de l'Espace nationale de concertation pour l'éducation à l'environnement et au développement durable 
4/10
 à Paris : participation à la rencontre avec Brice Lalonde sur Rio+20 organisée par Entreprises pour l'environnement 
9/10
 à Nantes : animation de l'atelier « Accélérer la rénovation thermique globale des logements sur le territoire » lors du Colloque Plans climat énergie territoire, organisé par l'ADEME
16/10 à Paris : participation à la cérémonie de remise des prix des Challenges de la Journée du transport public 
2/10
 à Nantes : 5ème atelier du groupe d'accompagnement Agenda 21 des associations ligériennes 
16/10
 à Saint-Herblain : animation d'un atelier lors du colloque RSE de la Banque Populaire Atlantique 
23/10 et 24/10 à Nantes : formation annuelle du Comité 21 « Les territoires inventent l'avenir » 
25/10 à Paris : remise des Trophées du tourisme responsable en tant que jury, organisé parVoyages SNCF
Appel à projet
Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable
Pour la troisième fois, le ministère de l'Ecologie propose aux entreprises et aux porteurs de projets d'intérêt général de participer aux « Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable ». Ce concours a pour objectifs de valoriser les partenariats innovants dans le domaine du mécénat environnemental et de promouvoir la démarche des entreprises en faveur du développement durable. La date limite du concours est fixée au vendredi 12 octobre 2012.Pour en savoir plus
 
Appel à candidatures sur la réduction et le recyclage des déchets
L'ADEME lance un appel à candidatures national sur le thème suivant : « réduire ou recycler ses déchets à la source : un investissement rentable ? ». A la clé : une offre pour vingt entreprises témoins qui investissent dans un équipement permettant de réduire ou recycler les déchets à la source, d'une étude de rentabilité de leur équipement par un expert d'Headlink Partners. L'étude comportera une analyse prévisionnelle et, si l'entreprise décide d'investir, une analyse après fonctionnement. L'entreprise pourra ainsi prendre sa décision sur la base d'une analyse approfondie puis évaluer la rentabilité réelle de son équipement. Retrouvez laplaquette de présentation ainsi que le règlement -dossier de candidature en ligne avant le 5 octobre 2012. Eric Darlot - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Eco-dates

3-4/10 à Lille : JADDE 2012 « développer durablement votre entreprise ! » - CCI grand Lille - en savoir plus 
4/10
 à Paris : rencontre-débat sur « Changement climatique : inquiétudes et attentes de l'opinion publique mondiale. Quelles réponses collectives ? » - AXA et Ipsos- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
4/10 à Paris : conférence parlementaire sur l'énergie sur la politique énergétique - Françoise Grossetête, députée européenne et Gwendal Rouillard, député du Morbihan - en savoir plus
5/10 à Lille : 2èmes assises de la transformation écologique et sociale - région Nord Pas de Calais en savoir plus
9/10 à Paris : Altermardis Parlons Solutions : « Doit-on moraliser la rémunération des grands dirigeants ? » - groupe SOS - en savoir plus -suivre le débat en direct à 19h15
9-10/10
 à Paris la Défense : rencontres de la performance énergétique - ADEME et groupe Moniteur - en savoir plus 
10-14
/10 à Copenhague : salon de la construction durable et voyage d'études sur « Constructions durables et performances énergétiques » - Nordic Business traval -www.buildinggreen-eng.eu/ 
12/10
 à Bruxelles - 2ème forum international sur l'éco-conception & grand prix du design vert - parlement européen et association pour l'amitié Europe-Chine - en savoir plus 
12/10 à Paris : colloque sur les énergies du futur face à la transition énergétique - Adapes et revue passages - en savoir plus 
16-17/10
 à Rennes : conférence des Espaces Naturels Sensibles (ENS) sur « L'humain au coeur de la nature » - Conseil général d'Ille-et-Vilaine en partenariat avec l'Assemblée des Départements de France (ADF) en savoir plus 
17-18/10
 à Troyes : colloque interdisciplinaire sur l'écologie industrielle et territoriale -http://coleit2012.utt.fr/programme.htm 
17-19/10 
à Metz : 26ème congrès nationalAMORCE « Déchets-Énergie : rencontre France-Allemagne» - en savoir plus 
18/10
 à Paris : conférence parlementaire sur l'Agriculture « la réforme de la PAC : un nouveau contrat social ? » - Agnès Le Brun, député européenne et Germinal Peiro, député de la Dordogne en savoir plus 
18/10
 à Paris : 3ème colloque National Eolien « Quelle place pour l'éolien dans la transition énergétique ? - France énergie éolienne -www.colloque-national-eolien.fr 
18-21/10 
en Aquitaine : quatrième édition des Journées de l'énergie positive en Aquitaine -ADEME en savoir plus 
19
-21/10 à Paris : la Cité de la réussite « le forum des débats culturels, éconmiques, scientifiques et politiques » sur le thème du partage - en savoir plus 
25-26/10
 à Toulouse : premières journées internationales de sociologie de l'énergie - CERTOP, UMR5044, et CNRS - http://socio-energie.sciencesconf.org
 
132 rue de Rivoli - 75001 Paris
tél.: 01 55 34 75 21 - fax : 01 55 34 75 20
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.comite21.org - www.agenda21france.org

 
 

 

Logo Éco École
Avec plus de 30 000 établissements dans 51 pays, le label international Éco-École couvre plusieurs millions d'élèves. Les établissements concernés vont de la Maternelle jusqu'au Lycée.
En Polynésie, 53 établissements (collèges et lycées) sont inscrits à ce label, depuis 2006 pour les plus anciens.
 
Depuis cette rentrée 2012-2013, les établissements polynésiens bénéficieront enfin d'un Relais local en Polynésie de la Fondation pour l'Éducation à l'Environnement. 2D attitude a en effet signé en juillet dans les locaux de la Fondation la convention qui fait d'elle le Relais local du label international Éco-École pour la Polynésie française.
 
Cette reconnaissance va permettre de développer les missions d'ores et déjà entreprises par l'association depuis 2006, et en cours de rassemblement dans cette plateforme Fédéscol, plateforme de partage et d'accompagnements des initiatives scolaires en matière de développement durable.
 
La mission du Relais local Éco-École est d'accompagner les établissements inscrits au programme dans la préparation et la mise en oeuvre méthodologique de leur projet Éco-École. Tous les établissements en procédure de labellisation peuvent désormais faire appel à 2D attitude en soutien de leur démarche projet. Un rappel important : n'oubliez pas de former au plus tôt votre Comité de pilotage, en rassemblant petit à petit les membres de votre communauté, et d'élire si possible des Éco-délégués par classe.
 
 
 
Pour toute information, vous pouvez nous contacter directement à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
 
Éco-École est développé en partenariat avec Éco-Emballages, l'ADEME, Elior Restauration Enseignement, le Réseau École et Nature, et bénéficie du mécénat de la Fondation GDF SUEZ et de HSBC. Éco-École a le soutien et le patronage du Ministère de l'Éducation nationale et du Ministère du Développement durable. Le programme est aussi parrainé par l'Association des Maires de France et relayé par Milan Presse dans ses publications.
 
 
Décidément, ça bouge à la presqu'île.
 
Toutes nos félicitations au Lycée Polyvalent de Taiarapu Nui et au Collège du Sacré-Coeur de Taravao pour l'obtention de leur premier Label Éco-Établissement !!!
 
A Fedescol nous sommes ravis !
 
 
Logo Tahiti Colibris

Un Groupe local polynésien

Un tout nouveau petit oiseau vient de naître en Polynésie. Il s'agit de Colibris Tahiti, groupe local du Mouvement Colibris initié par Pierre RABHI, agro-écologue et philosophe.
 
 

Une naissance qui s'anime dés ce samedi 5 octobre (Papeete, Parc Bougainville, de 9h à midi) avec le relais à Papeete de la campagne Colibris pour l'Éducation

Retrouvez les Colibris dés ce samedi avec des animateurs pour ouvrir de nouvelles pistes dans l'éducation de nos enfants.
  • l’association Parents Autrement à Tahiti,
  • une membre de l’association des Petits Débrouillards,
  • Atelier Tie dye,
  • Sève Animation,
  • l'initiative Fédéscol de l'association 2D attitude (Fédération des Initiatives Scolaires en matière de développement durable),

Ils vont proposeront :

  • de découvrir les jeux coopératifs,
  • de vous initier à la Communication Non Violente,
  • de rencontrer les acteurs de l’éducation populaire de Tahiti,
  • de participer à des actions autour de l’éducation,
  • de filmer vos (R)êves d'écoles ! : "Pour toi, ce serait comment une école idéale, une école qui donne envie ?" C'est un micro-trottoir de 30 secondes chacun pour s'exprimer face à la GoPro sur ce que pourrait être pour vous l'école idéale ! Certaines vidéos seront compilées et montées afin de réaliser le clip de campagne.

 

Membre du monde de l'éducation ou simple citoyen, n'hésitez pas à les rejoindre à l'occasion de cette matinée !

 
Banderole Colibris Tahiti
Cliquez sur le bandeau pour visiter le site de Colibris Tahiti
 
 
 

Sous-catégories

Outils
Nombre d'articles :
37
Articles indépendants
Nombre d'articles :
4

Contactez Fédéscol

e mail fedescol

Adresse postale : BP 14183 - 98701 Arue

Tél : +689 87 27 19 69

Contactez directement Fédéscol en écrivant à cette adresse : contact@fedescol.org ou en utilisant le formulaire suivant

Un label international

Eco Ecole 20 ans

De nombreux établissements sont déjà engagés au Fenua pour prendre à bras le corps leurs consommations d'eau, d'énergie, leurs déchets, leur alimentation, protéger la biodiversité et valoriser les solidarités. Rejoignez le mouvement international pour mener un projet d’éducation au développement durable dans votre école, collège ou lycée !