AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

Pacifique

  • Présentes de juillet à fin octobre dans les eaux polynésiennes, les baleines à bosse sont assurément une occasion de spectacle. Il reste, néanmoins, que leur approche doit se faire en respectant des règles précises. Et peut-être d’envisager un autre rapport à ces mammifères magnifiques…

  • Le 8 juin, était célébrée la Journée mondiale de l’Océan. Véritables poumons de notre planète, les océans fournissent une très grande part de l'oxygène que nous respirons. Ils constituent aussi une source importante de nourriture et de médicaments, et sont un élément essentiel de la biosphère. Il est donc important de sensibiliser le public sur la place fondamentale qu’ils occupent dans notre écosystème, et sur l'impact négatif que les activités humaines ont sur ceux-ci. Plusieurs événements ont été consacrés à cette sensibilisation.

  • Le 21 juin, le ministre national de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a annoncé la mise en place d’un « plan biodiversité » pour la protection de la faune et de la flore, en métropole comme dans les territoires ultra-marins. Des mesures pour tenter d'enrayer le déclin des espaces naturels et des espèces, marqué par une accélération sans précédent. L’occasion de faire un point sur la situation en Polynésie française et de rappeler quelques actualités récentes en la matière.

  • Le conseil des ministres a octroyé une subvention d’investissement en faveur de l’École pratique des hautes études (EPHE) pour le compte du Centre de recherches insulaires et observatoire de l'environnement (Criobe), pour le financement d’une station d’écologie expérimentale dédiée à l’étude des récifs coralliens.

  • Depuis plusieurs années maintenant, le développement durable - facteur de protection de la biodiversité - devient une problématique de plus en plus importante, à la fois pour la société, les entreprises et les citoyens. Petit point sur quelques initiatives remarquées, en mars, en Polynésie mais aussi dans le Pacifique Sud.

  • Les milieux (eau, air, nature, occupation des sols…), la gestion des ressources et les déchets, les pressions et impacts des activités humaines sur l'environnement, les risques naturels et technologiques, l'économie de l'environnement… Nous y intéressons-nous ? Les espèces et les écosystèmes sont fragiles : un maillon de la chaîne d’un écosystème s’éteint, et c’est tout l’écosystème qui est en péril. De la mi-juin à fin septembre, AvA Infos a scanné les médias locaux en ce qui concerne cette thématique. En voici un petit florilège.

  •  

    Congrès, études, recherches… autant de travaux qui sont en cours pour essayer de mieux cerner les tenants et aboutissants du développement durable et de la protection de l’environnement en Polynésie française. Plusieurs événements organisés en avril.

  • Qu’il s’agisse de pollution, ou au contraire d’initiatives visant à rendre le fenuaplus propre et plus écologique, le mois de novembre a connu son lot d’événements. Avec, aussi, quelques insertions dans le Pacifique, voici un tour d’horizon de la manière dont les médias locaux ont traité ces sujets. Les articles sont classés par ordre chronologique de parution.

     

  • Du 29 octobre au 4 novembre, ont été organisés à Moorea les 2e Ateliers régionaux d'agriculture biologique. Un travail commun entre des acteurs de Nouvelle-Calédonie, Wallis & Futuna et la Polynésie française a permis de renforcer une synergie entre ces trois collectivités françaises d'outre-mer pour le développement du bio.

  • Que ce soit à l’embouchure des rivières, dans le lagon ou à l’entrée des baies, la préservation de la biodiversité est un signe de la bonne santé des écosystèmes. Des acteurs privés, associatifs ou institutionnels s’en préoccupent. 

  • Aux niveaux international, local et communal, des initiatives sont en train de voir le jour pour la protection des ressources marines et de la biodiversité

  • Outre la pêche excessive, la pollution au plastique des océans est l’un des grands enjeux écologiques du XXIe siècle.

  • À l’occasion de la COP 21, es représentants des États et territoires membres du groupe des dirigeants polynésiens avaient signé une déclaration commune sur la protection de l’Océan (Te Moana o Hiva). La Polynésie française veut passer à l’action avec la création de la plus grande aire marine gérée au monde.

     

  • Le transport génère des externalités négatives – notamment environnementales – largement reconnues et dénoncées. Aussi, la référence à la durabilité désormais incontournable dans de nombreux domaines de l’action publique, s’étend inévitablement au transport via la notion de transport durable. Quelques initiatives à remarquer.

  •  

    Élévation du niveau des océans, blanchissement des coraux, expansion des épidémies… les pays de la région Pacifique sont en première ligne du réchauffement climatique. Le point de la situation.

  • Un sommet océanien du développement durable ; une expédition scientifique consacrée à la recherche sur les récifs coralliens menacés par le réchauffement climatique ; l'intérêt marqué des églises du Pacifique pour ce sujet ; une coopération régionale Outre-mer… Les communautés insulaires du Pacifique de plus en plus concernées.  

  • La perte de biodiversité a des effets néfastes sur plusieurs aspects du bien-être humain. La Polynésie française, au sein du Pacifique, n'est pas épargnée : blanchiment des coraux, espèces invasives d’insectes, rats destructeurs de la faune aviaire endémique, pêche illégale au thon... autant de menaces à maîtriser. 

  • Les réserves marines sont l'équivalent en mer des parcs nationaux. Il s'agit de protéger tout un écosystème de l'exploitation humaine. L'objectif est de préserver des écosystèmes marins bien malmenés sur la planète. La sur-pêche, la pollution, le réchauffement des océans sont en effet à l’origine de la destruction d’écosystèmes fragiles. Afin d’y pallier, le Chili, autour de l’Île de Pâques, et la Nouvelle-Zélande viennent de créer des sanctuaires marins. 

  • On connaît la chanson d'Antoine écrite il y a déjà près de 30 ans. Aujourd'hui, les recommandations du chanteur de "moins faire les idiots", ont elles été entendues ? Des "continents de plastique", envahissent les océans. N'y a-t-il pas moyen de réagir ? Un jeune Néerlendais a inventé un système qui semble révolutionnaire et qui devrait bientôt être mis en application dans le Pacifique. 

  • Depuis quelques temps, préparation de la COP21 oblige, la presse locale rend compte d’études détaillant les caractéristiques et les conséquences du dérèglement climatique en cours. Il s’agit ici d’un symposium organisé conjointement par le Pays, l’État, l’Institut des Récifs Coralliens du Pacifique, en partenariat avec la plateforme « Océan-Climat », l’École Pratique des Hautes Etudes et l’IFRECOR. Petit mémorandum...

  • Les îles du Pacifique sont les premières à être menacées par le réchauffement climatique. Dans le cadre de la préparation de leur intervention à la COP21, en décembre à Paris, s’est tenue en Polynésie française (Tahiti et Raiatea), à la mi-juillet, la réunion du groupe des leaders polynésiens (Polynesian Leaders Group).Au terme des discussions, les représentants des territoires et pays insulaires du Pacifique se sont entendus sur les termes d'un pacte qui inclus « une dimension politique pour pouvoir être entendus » de la communauté internationale.

  • "L’intelligence collective, mâtinée d’altruisme, d’humilité, de générosité, peut (…) faire de nos diversités et de nos différences une formidable force créative et transformatrice. Nous avons besoin les uns des autres pour changer". Suite à cette citation tirée de l'éthique du Colibri*, voici, en vrac, un petit florilège de publications locales récentes : édition, photo, intervention publique, projets associatifs, documentaires...

  • L'Agence Française de Développement (AFD) a organisé le 25 juin la restitution d'une étude visant à mieux comprendre comment les populations des atolls du Pacifique s'adaptent aux effets du changement climatique. "Changements climatiques et atolls du Pacifique" est une étude comparée de la résilience socio-environnementale en situation de risque extrême.

  • Après l'essai Our sea of islands (Notre mer d’îles), en 2013, les éditions Pacific Islanders  proposent la traduction française d'une autre réflexion de Epeli Hau’ofa, The ocean in us. Dans son texte, le penseur hawaïen appelle les Océaniens à bâtir un projet commun fondé autour de la préservation de l’océan Pacifique.

  • Un colloque a été organisé le 9 juin par le groupe d'amitié France-Vanuatu-Îles du Pacifique du Sénat en partenariat avec la délégation permanente de la République de Palau auprès de l'Unesco. Étaient abordés deux questions : quel avenir pour les îles du Pacifique face au dérèglement climatique ? Comment concilier croissance et protection des écosystèmes océaniques ? 

  • Un océan en bonne santé, c’est un climat préservé. La Plateforme Océan et climat, #OceanforClimate, a lancé un appel sous la forme d'une pétition en trois langues (français, anglais et espagnol) qui sera remise en décembre prochain, lors de la COP21, aux États participant aux négociations sur le climat.

  • La Polynésie française accueille, du 1er au 5 juin, "les Journées bleues", un séminaire régional sur le thème de l'écotourisme bleu dans le Pacifique lié aux espèces marines emblématiques. Cet évènement, initié par le gouvernement de Polynésie française, est organisé en collaboration avec le PROE (Programme Régional Océanien de l'Environnement).

  • Ayant pour objectif de préparer la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (C0P21/CMP11) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, la Polynésie française accueillera une conférence du « Groupe des Leaders Polynésiens » (PLG - Polynesian Leaders Group) à la mi-juin, précise le communiqué du Conseil des ministres du 27 mai.

  • Gros producteur métallurgique, le Caillou cherche à diminuer sa dépendance énergétique (importation d’hydrocarbures, de gaz et de charbon) tout en limitant ses émissions de gaz à effet de serre. Secteurs visés : les transports, la consommation électrique des ménages, des entreprises et des collectivités pour les économies, et le développement des énergies renouvelables (solaire, photovoltaïque, biomasse, hydroélectricité) pour les sources de production.

  • Après l'appel, début mai, lancé par les États et territoires insulaires d'Océanie auprès de l’ensemble des pays pour que s'engage « une révolution internationale », des responsables politiques de Polynésie et de Nouvelle-Calédonie enfoncent le clou auprès du gouvernement français. C'est en effet la France qui organise la réunion internationale sur le climat, à Paris en décembre prochain.

  • À Paris la semaine dernière, Édouard Fritch  a reçu Christophe Mercier, porteur du projet Moana Nui destiné à valoriser les pirogues polynésiennes au travers d’une expédition qui mènerait les embarcations de l’Asie du Sud-Est à Tahiti. Cette expédition aura un but pédagogique avec, par exemple, la promotion des aires marines protégées. En outre, des forums destinés à valoriser la culture polynésienne seront organisés. 

  • Les Îles Cook pourraient bien atteindre leur objectif environnemental d'ici 2020. Un système de production d'énergie solaire vient d'être mis en place. Il pourrait permettre à cet archipel d'utiliser les énergies renouvelables à 100%.  Ce projet de 20 millions de dollars a été financé en partie par la Nouvelle-Zélande.

  • Vendredi dernier, les États et territoires insulaires d'Océanie exhortaient l’ensemble des pays à engager « une révolution internationale » à l’occasion de la conférence sur le climat (COP 21) qui se tiendra à Paris fin 2015. Ils réclamaient que « leurs inquiétudes et leurs souffrances » soient entendues. 

  • Une bouteille en plastique met plusieurs siècles pour se dégrader et si elle est à l'abri de la lumière, ce temps peut-être encore plus long. Différents "continents" de plastique ont aussi été identifiés au milieu des océans, dont le Pacifique Sud. Ces objets de notre consommation quotidienne doivent être impérativement recyclés. Soit par des filières industrielles, soit de manière plus ludique…

  • Le directeur général du Programme Régional Océanien de l'Environnement (PROE), David Sheppard, a tenu une conférence de presse, le 17 avril à la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, à l'occasion de la préparation de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (dite COP 21) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Malgré des dossiers encore en suspens, un accord puissant est souhaité par cette organisation intergouvernementale qui compte 26 Etats et territoires membres dans le Pacifique. Ceux-ci sont particulièrement concernés par la montée du niveau des océans qui en est la conséquence.

  • Le gouvernement britannique a présenté, ce mercredi 18 mars, le projet de créer la plus grande réserve marine hautement protégée au monde dans les eaux des îles de Pitcairn, un territoire d'outre-mer anglais situé dans le Pacifique sud, à 2 200 km à l'est de Tahiti.

  • Le drame de Vanuatu, dévasté par le typhon Pam, a rappelé l'urgence à agir aux 186 pays participant, du 14 au 18  mars, à la 3e conférence des Nations unies sur la prévention des risques naturels. A neuf mois du rendez-vous de la conférence de Paris (COP21), destinée à trouver un successeur au Protocole de Kyoto pour limiter à 2 °C le réchauffement en cours, c'est toute la planète qui se trouve sous la pression du climat.

  • Des scientifiques s'alarment d'un blanchissement sans précédent des récifs coralliens dans le nord du Pacifique, qui pourrait à termes provoquer leur disparition.

  • L'obésité et le diabète frappent les populations des îles du Pacifique Sud dans des proportions parmi les plus élevées au monde. Sur les dix pays où l'on recense proportionnellement le plus d'obèses dans le monde, neuf se situent dans cette région. En cause, certes, des prédispositions génétiques, mais également des habitudes alimentaires et des modes de vie.

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...